Quel est le standard du berger allemand

Toutes les races canines possèdent leur propre standard. Il est la description du chien parfait, du sujet idéal.

Il est bien évident qu’aucun animal, même le plus célèbre des champions, n’a jamais satisfait exactement à toutes les exigences mentionnées.

Mais le standard permet avant tout d’éliminer les individus qui présentent trop de différences avec le critère de base.

Aspect général du berger allemand

Le berger allemand est un chien d’une taille légèrement supérieure à la moyenne. Elle est comprise entre :

  • 60 et 65 cm pour les mâles
  • 55 à 60 cm pour les femelles

Les dimensions sont mesurées à l’aide d’une toise en suivant une ligne verticale qui touche le coude mais est comprise entre le garrot et le sol.

Il faut bien aplatir le poil de manière que seule la charpente osseuse fasse l’objet de la mesure.

Des dimensions inférieures ou supérieures, sans être obligatoirement éliminatoires dans les concours, diminuent cependant la valeur du chien.

La silhouette du berger allemand est légèrement allongée et donne une impression de robustesse et de force, l’animal présentant une bonne musculature.

Le chien doit avoir l’air solide et posséder une robe résistante aux intempéries.

La beauté et l’élégance du corps, si elles sont souhaitées, ne vont pas minimiser les aptitudes au travail d’un animal qui est avant tout un chien d’utilité.

Les différences entre les sexes seront nettement visibles ; les mâles doivent se montrer virils, puissants et les femelles plus gracieuses.

Le berger allemand bien typé offre une impression de force naturelle, d’intelligence et de souplesse. Ses proportions sont harmonieuses et équilibrées, sans surcharge ni insuffisance.

Son comportement quotidien doit révéler un chien complet, infatigable au travail, de tempérament actif avec un esprit d’initiative qui le conduit à se montrer utile à chaque instant.

Il se montrera cependant docile et capable de s’adapter à toute circonstance, exécutant avec ardeur et plaisir la tâche qui lui est impartie.

Courageux et implacable dans la défense de son maître et de sa propriété, il doit attaquer sur l’ordre de son soigneur et s’arrêter aussi vite au commandement.

Il ne sera pas pour autant un animal méchant, mais simplement vigilant, doux dans son environnement habituel, en particulier avec les enfants et les autres animaux domestiques.

Calme et sans agressivité, il donne l’image d’un chien sûr de lui et de sa force, qui inspire le respect.

Appareil locomoteur

[sociallocker id=”291″]

Trotteur naturel, le berger allemand pose toujours à terre la patte antérieure en position inverse de la postérieure (par exemple l’arrière gauche et l’avant droit).

Ceci lui donne une bonne coordination dans les mouvements et un équilibre parfait. Un chien marchant l’amble serait à éliminer.

L’articulation des membres doit permettre au chien d’avancer sans pratiquement changer la position de la ligne dorsale. C’est en fait théorique ; en pratique, il ne procède pas vraiment de cette façon, mais ceci montre le parfait équilibre de l’animal.

Les proportions correctes des membres entraînent une foulée facile et efficace, à ras du sol la rendant particulièrement économique et permettant au chien de soutenir des courses prolongées.

Tête

En proportion avec la taille du corps, sèche sans être massive, l’espace entre les oreilles est important.

Le front présente un léger arrondi et la ligne supérieure du crâne va en s’abaissant vers le museau ; ce dernier se termine brusquement, un peu en pointe. L’ensemble donne une impression de robustesse.

Les lèvres serrées et sèches ferment bien. Le chanfrein droit se trouve dans le prolongement de la ligne du front. Les mâchoires très puissantes présentent des incisives s’adaptant en cisaille.

Les oreilles de grandeur moyenne, larges à la base, droites et plantées haut se terminent en une pointe aiguë. Elles ne doivent pas être pliées, recourbées, raccourcies ou tombantes. La position dressée des oreilles est naturelle ; des pavillons taillés sont donc inacceptables.

Cette mise à la verticale n’apparaît qu’au bout du 4è ou 6è mois et on ne doit pas s’inquiéter outre mesure d’un léger retard.

Les yeux de taille moyenne, en amande légèrement oblique, ne sont pas saillants. Leur couleur est foncée, brillante donnant au chien une expression de vive intelligence.

Cou

Puissant, aux muscles bien développés, il n’est pas trop long. Ne présentant aucun replis de peau pendant sous la gorge (fanon), il reste horizontal en position normale, mais se dresse lorsque le chien est en alerte.

Tronc

La poitrine bien développée n’est cependant pas d’une largeur excessive avec des côtes à courbure fine (ni plates ni en tonneau).

Le ventre n’est que légèrement remonté.

Le dos droit et fortement charpenté ne s’allonge pas trop entre le garrot et la croupe.

Le chien doit conserver une silhouette assez compacte. Sa longueur sera toutefois supérieure à la hauteur de l’épaule.

Les chiens carrés et hauts sur pattes ne sont pas valables. Les reins sont larges, la croupe allongée et légèrement inclinée ; le chien semble toujours prêt à démarrer une course.

Queue

Appelée aussi fouet, elle présente un poil touffu et atteint au moins le jarret.

Il lui arrive de présenter un petit crochet à son extrémité, guère souhaitable ; cette particularité n’est pas éliminatoire. En position normale, elle pend, tout en présentant une légère arcure, qui s’accroît en cas d’excitation jusqu’à se dresser.

Mais elle ne doit jamais dépasser la verticale. La queue ne se retourne pas sur le dos. Ni droite, ni enroulée, on ne la coupe pas.

Membres antérieurs

L’omoplate longue et plaquée contre le corps ne fera pas saillie. Le bras s’emboîte à angle droit et présente naturellement une bonne musculature.

Vu sous tous les angles, l’avant-bras reste droit. Les paturons sont fermes sans être trop verticaux. Les coudes en position moyenne ne sont ni écartées ni collés contre le corps.

Membres postérieurs

Les cuisses larges sont particulièrement musclés. Plutôt longues vues de profil, elles prennent une position oblique par rapport à la jambe, de taille assez importante.

Le jarret et la patte sont fermes et puissants.

Pieds

Courts et arrondis, bien fermés et arqués, ils offrent des soles très dures pour permettre le passage en tout terrain.

Les ongles courts et forts sont en général de couleur foncée. Il arrive de rencontrer des ergots sur les membres postérieurs, mais ils doivent être retirés aussitôt après la naissance car ils provoquent une marche pattes écartées et risquent de blesser l’animal.

Coloris

Noir, gris métallique, gris cendré, unicolore ou présentant des marques régulières de marron, jaune ou gris-blanc ; le berger allemand peut avoir aussi le manteau noir ou des nuances noires sur fond gris ou beige avec des marques plus claires.

C’est ce que l’on nomme la couleur loup qui devait être celle du chien sauvage d’origine.

De petites marques blanches sur la poitrine sont admises. Excepté chez les individus noirs, le sous-poil est toujours plus clair.

La couleur définitive des chiots est indéterminée tant que le poil de couverture n’a pas fait son apparition.

Poil

Pour le berger allemand à poil ras

La fourrure est très dense, droite, ferme et dure au toucher. La tête et le devant des membres présentent du poil ras. Sur le cou, à l’arrière des pattes et sur la cuisse, il est plus long.

Le poil ultra-court est considéré comme un défaut.

Pour le berger allemand à poil demi-long

Il présente une robe plus fournie que le précédent. Elle n’est pas toujours droite ni serrée au corps.

La queue est très touffue avec une formation de drapeaux vers le bas. Plus élégante, cette variété est moins résistante aux intempéries et n’est admise à l’élevage qu’à condition que le sous-poil soit suffisamment dense.

Pour le berger allemand à poil long

Il présente une fourrure plus abondante qui se sépare en général par une raie sur le dos.

Le sous-poil est presque inexistant en dehors de la région des reins. De constitution peu robuste, cette variété sera éliminée des élevages.

En dépit de sa beauté, elle ne convient pas aux critères de travail qui sont demandés à cette race utilitaire.

Défauts

Tous les points réduisant l’utilité, l’endurance et le rendement (sexe mal défini dans l’attitude, surexcitation, indifférence, timidité, lymphatisme) entraînent l’élimination de la sélection et des expositions ; les malformations sexuelles aussi.

Les couleurs trop claires, l’albinisme, la truffe rouge ne peuvent pas donner de reproducteurs officiels.

Les malformations physiques de toutes sortes (tailles inacceptables, membres mal placés, museau trop court ou trop long, prognathisme, défauts de denture, poils mous, queue déformée) font partie des défauts éliminatoires les plus graves.

Mais ne dramatisons pas ; il est rare que les chiens d’origine sélectionnée présentent de telles dégénérescences.

[/sociallocker]

Ajouter un commentaire