Comment bien choisir son chiot berger allemand

Si vous envisagez l’acquisition d’un chiot berger allemand, c’est l’étape la plus délicate. Vous allez vous retrouver devant un délicat problème à résoudre.

En effet, une fois le choix de l’éleveur effectué, quel chiot choisir dans la portée ? Laquelle parmi ces petites boules de poils, toutes plus adorables les unes que les autres, allez-vous garder ?

De nombreux facteurs entrent en jeu et nous allons essayer de vous donner quelques conseils pour un maximum de garanties.

Le choix de l’élevage est primordial

Avant tout, renseignez-vous auprès du club pour obtenir des adresses sélectionnées.

Le plus souvent, on vous dirigera vers des élevages d’amateurs qui produisent des chiens dans le seul but d’améliorer la race, et pour leur propre plaisir.

Il ne s’agit pas, dans ces cas-là, d’affaires commerciales rentables ; beaucoup rentrent à peine dans leurs frais.

Mais ils ont le plaisir de produire de la « graine de champion », à partir d’adultes sélectionnés avec rigueur et déjà primés.

Presque toujours, c’est dans ces petits élevages qu’on rencontre les plus beaux sujets.

Ne vous précipitez pas et allez voir plusieurs personnes. Le courant doit passer entre vous et vote interlocuteur. Vous serez en confiance et lui sera certain que son chien trouvera en vous le maître idéal.

Inspectez tous les livres de photos que l’on vous présentera, regardez les récompenses, vous verrez la qualité de l’élevage et le trait dominant de l’animal que vous allez acquérir.

En effet, certains produisent des sujets plus clairs que d’autres ou des animaux plus grands, d’une plus grande agressivité. Des critères de proportion peuvent également entrer en jeu.

Dans un élevage amateur, vous pouvez être presque assuré que les portées ne seront pas poussées et que l’éleveur fera attention à ne pas surcharger la mère en éliminant tout de suite les chiots les plus faibles.

La sélection du chiot

Ne vous attendez pas à trouver, sur le champ, une portée disponible (ou vous n’aurez que ce que les autres n’ont pas voulu).

Dans les meilleurs élevages, elles sont retenues plusieurs mois à l’avance (voilà déjà un gage de qualité et de sérieux). Vous devrez attendre votre tour.

Au moment de la naissance de votre portée, essayez de voir rapidement les chiots. Il est certes encore tôt pour faire une sélection, mais vous pourrez avoir une idée.

Il faut essentiellement préférer l’animal le plus vigoureux, le plus vif, le plus espiègle, le plus débrouillard. C’est le gage d’un tempérament sain et d’un grand amour de la vie. C’est également un signe de bonne santé.

Si vous le pouvez, faites-vous accompagner d’un ami qui connaît bien les chiens ou d’un spécialiste que vous pourrez dédommager. Il pourra éventuellement découvrir un vice caché ou une anomalie, bien que ce soit difficile.

C’est plus qu’une question de flair.

Si vous désirez faire de votre berger allemand un bon chien de garde, tentez une petite expérience. En vous approchant de la nichée, frappez brusquement et bruyamment dans vos mains.

Choisissez de préférence ceux qui ne s’effrayent pas et montrent au contraire de la curiosité, en essayant de dresser les oreilles.

Vérifiez aussi que les ergots ont bien été retirés à la naissance et que la queue ne s’agite pas trop. Cela pourrait signifier une mauvaise attache.

Le berger allemand ne termine son développement que vers l’âge de 2 ans. Il est donc très difficile de choisir, à coup sûr, le meilleur de la portée.

Mais ces différents conseils devraient vous permettre d’éviter bien des déboires.

Les querelles du sexe

Il reste encore un point important à définir avant l’achat. Allez-vous acheter un mâle ou une femelle ? Il n’y a pas un sexe meilleur qu’un autre.

Sachez simplement qu’une femelle demandera plus d’attention. Il faudra la surveiller au moment des chaleurs, s’occuper de la maternité, nourrir les petits, etc.

En revanche, elle est souvent plus gracieuse, plus affectueuse et calme que le mâle, batailleur, fier guerrier et toujours prêt à « courir les filles ».

Plus asocial, le mâle supporte mieux d’être le seul chien de la maison et de vivre dans une famille calme et repliée sur elle-même.

Quant aux qualités physiques et à l’instinct de garde, il n’y a aucune différence. La femelle compense sa taille inférieure par une volonté de fer et un influx nerveux extraordinaire.

C’est essentiellement une affaire de goût et de capacité. En effet, ne se transforme pas en éleveur (même occasionnel) qui veut !

Les soins aux bébés et leur éducation demandent du temps, de la patience et certaines aptitudes que tout le monde ne possède pas.

17 commentaires

  1. Carlo 06/05/2017
  2. guetsh 22/12/2016
  3. benhamed 19/12/2016
  4. BOTTALICO Isabelle 17/12/2016
    • GUTFREUND AUDREY 03/02/2017
      • Gold 09/05/2017
      • chay 17/05/2017
  5. Gérard 04/09/2016
  6. Camara Alpha Ba 05/05/2016
  7. Ilies 17/04/2016
  8. mercier 16/04/2016
  9. martin 19/01/2016
  10. Clarice 04/12/2015
  11. BASSEY Nuzhat 08/11/2015
  12. sanctorum 10/09/2015
  13. Hassan 27/06/2015
  14. Gassem 05/02/2015

Ajouter un commentaire