Comment apprendre l’obéissance au jeune berger allemand

Le petit berger allemand avec ses lourdes pattes, son allure cocasse et sa furieuse envie de vivre, de tout toucher, de tout connaître est naturellement une catastrophe dans la maison.

L’apprentissage

Recevez des conseils pour votre Berger Allemand directement par email!

Dès son plus jeune âge, vous devrez lui imposer certaines contraintes et de la discipline.

Soyez intransigeant sur tous les interdits et transmettez la consigne à l’ensemble des membres de la famille.

En effet, dans son esprit simple, des ordres contraires ou des attitudes différentes de la part des gens aimés l’embrouillent, le mettent mal à l’aise et nuisent à son bon comportement.

Sans doute est-il très difficile de se mettre à commander un bébé berger allemand, tant il est adorable. On passerait plutôt son temps à jouer avec lui, à le dorloter plutôt qu’à le réprimander.

Mais, si par la suite vous désirez lui faire subir un dressage assez complet, vous devez tout de suite commencer l’éducation.

A l’école des chiens, c’est surtout l’obéissance qui compte.

Faites-le d’abord réagir à l’appel de son nom. Il est important qu’il le connaisse et sache qu’on s’adresse à lui chaque fois qu’on le prononce.

L’éducation du chiot commence par celui de toute la famille : tel maître, tel chien.

Astreignez-vous à un certain comportement de manière à ne pas montrer le mauvais exemple : obligatoirement, le chiot va vous copier et, sur votre comportement, il calquera ses attitudes, trouvant cela parfaitement normal.

L’obéissance

L’obéissance et le façonnage du comportement doivent venir naturellement, sans trop de contrainte.

Sachez vous faire respecter, mais surtout, ne brimez pas l’animal.

C’est essentiel : le berger allemand est un hyper-sensible, un tendre. S’il se sent aimé tout ira pour le mieux, mais à la moindre injustice, le voici malheureux, désemparé.

N’insistez jamais sur un cas d’espèce. L’apprentissage est une école de patience où tous les progrès se font par étapes successives, imperceptiblement, mais d’une évolution constante.

Et si le chiot meurt d’envie de se rouler sur votre lit, dîtes-lui un « non » vigoureux en ayant l’air furieux. Il descendra de lui-même.

S’il paraît ne pas avoir compris, réitérez l’ordre en prenant le chiot pour le reposer par terre. S’il recommence, vous pouvez faire un geste violent de manière à l’effrayer légèrement.

Cela devrait suffire pour qu’il ne recommence plus.

Mais il ne faudra pas que, par derrière, vos enfants viennent jouer avec lui sur le lieu tabou.

Il y faut de l’autodiscipline et une certaine harmonie dans la vie familiale, puis les semaines passant, on commencera les premiers gestes du dressage.

18 commentaires

  1. essafi lotfi 01/07/2017
  2. Baudin 30/01/2017
  3. Basset 20/12/2016
  4. rolande 19/12/2016
  5. yves 23/11/2016
  6. cathy 06/10/2016
  7. family 05/09/2016
  8. Johanne grenier 14/07/2016
  9. Schneider 18/06/2016
    • Solene 02/10/2016
  10. Billault 12/06/2016
  11. Goossens 28/05/2016
    • Nathalie 18/06/2016
  12. Campagnolo 15/04/2016
    • denis 30/12/2016
  13. semilly yohan 15/12/2015
    • AMINE 21/03/2016
    • Jean Claude 24/05/2017

Ajouter un commentaire